De ma terrasse à Fort-de-France.

Le soleil ne désarme pas et ses rayons n’épargnent aucun passant. Les corps trempés perdent leurs ombres pourtant les rues ne désemplissent pas.

La chaleur, sans ménagement pour le piéton que je suis, me fait trouver refuge à une terrasse, le temps de me rafraîchir et de rêvasser. D’autres comme moi ont trouvé place à l’Impératrice qui doit probablement son nom à Joséphine, une femme détestée à cause de ses accointances avec l’esclavage.

L’air chaud des alizés transporte de doux parfums de femmes emplies de grâce. A deux pas de moi, l’une d’elles semble s’impatienter d’un rendez-vous qui tarde à arriver. Sur ses talons, son corps joliment modelé se dévoile et ses courbes généreuses détournent le regard des hommes, même délicieusement accompagnés. De son petit sac rouge, désemparée, elle extrait son téléphone qui vibre avec insistance. Serait-ce son amoureux ? Le bonheur envahit son beau visage qui laisse apparaître le sourire envoûtant de ses lèvres charnues.

Non loin, dans le parc, la statue de l’impératrice est debout, là, devant mes yeux. Des inconnus lui ont ôté la tête du corps comme pour lui infliger une punition que Dieu aurait omis en d’autres temps. Pourtant elle était femme, pas l’une de celles dont on aimerait se vanter. Toutefois, tant de haine a transformé tant d’épouses en femmes-torches, en femmes-sans voix, en femmes-tableaux et même en Femmes-statues.

Devant la terrasse, la belle dame semble, elle aussi, avoir perdu la tête. Ses yeux vagabondent. Son impatience est perceptible. Sûr, un sort lui a été jeté. Plus loin, dans une rue adjacente, la rue de la Liberté, un homme dont je ne peux voir le visage l’attend. Elle s’en va d’un pas hâtif à la rencontre de l’inconnu.

François GABOURG

2 Responsesso far.

  1. Isabel Lopes dit :

    Des rencontres qui se font conscient ou inconsciemment….

    Bises

  2. Sandra Louis-Joseph dit :

    Jolie nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *